Taraf de Haïdouks

Originaires du village de Clejani (près de Bucarest) en Roumanie, Taraf de Haidouks est un groupe constitué d'une douzaine de Lautari (chanteurs et musiciens traditionnels) âgés de 36 à …près de 80 ans. Le nom du groupe est un hommage aux Haidouks, ces légendaires bandits d'honneur dont parlent les ballades médiévales. Quant à Taraf il signifie simplement Groupe, ou Orchestre.

Les chansons de ces tziganes, qui sont nés dans la misère et la musique, présentent un large éventail des genres musicaux issus de la tradition populaire de Roumanie. Les jeunes, virtuoses et modernistes, affectionnent les rythmes trépidants tandis que les vieux chantent encore les ballades d'antan. Leurs airs, chants d'amours, ballades, mélodies tziganes, danses…, sont donc influencés par des arrangement modernes aussi bien que par des danses balkaniques ou des morceaux bulgares, turques ou yougoslaves, chaque style enrichissant davantage l'ensemble.

La formation du groupe varie avec les morceaux, d'une intimité de deux à quatre musiciens à la présence des treize pour des harmonies débridées. Accordéons, cymbalum, viole, violons… les instruments à l'incontestable authenticité, dont les cordes sont parfois grattées ou frappées, nous arrachent souvent le coeur de leur force…Force d'une musique authentique, véritable concentré de vie.

Ils ont été découvert en 1989 par 2 jeunes producteurs Belges qui décident alors de les lancer sur les scènes occidentales. En 1991 sort leur premier album “Musique des tziganes de Roumanie”. Il sera chaleureusement accueillis par le public, les médias, la critique et l'ensemble de la profession. Suit une tournée mondiale qui assoit leur réputation. Le film “Lacho Drom” de Tony Gatlif, auquel ils participent à la B.O., accroît davantage leur popularité d'autant que ce dernier les a conviés à Cannes lors de la présentation du film. Yehudin Menuhin les invite à “La marche du siècle”, Yohji Yamamoto les demande pour son défilé à bercy, le Kronos quartet les sollicite sur scène à Londres et Johnny Deep les invite à se produire à Los Angeles.

Ils ont également joué dans le Théâtre Wupperta, propriété de Pina Baush et apparaissent dans la B.O. de “Terminus Paradise” de Lucian Pintilie, et ont tous joué dans le film The Man who cried, de Sally Potter en 2000, avec Johnny Depp, Christina Ricci, Cate Blanchett et John Turturro. Ils y jouent leur propre rôle : un groupe de tsigane, dans une scène superbe qui a l'air totalement improvisée tellement elle respire la sincérité. Ils ont composé cinq morceaux pour ce film.

Depuis ils poursuivent, avec la même jubilation, des tournées dans le monde entier, jouant leur musique de tous les jours, musiques des mariages, enterrements et baptêmes, musique qu'ils se transmettent de père en fils et qu'ils ne cessent d'enrichir au fil de leurs expériences quotidiennes.

Le 3 septembre 2002, nous avons malheureusement appris la nouvelle du décès de Neascu Neculae, le violoniste, vétéran du groupe. Aujourd'hui, le noyau du groupe est composé de Manole Ionel (accordéon), Falcaru Gheorge (flute), Baicu Dumitru (cymbalum Valachi), Vlad Viorel (basse double), Lautaru Constantin (violon), Anghel Gheorghe (violon ).

Discographie

en/taraf_de_haidouks.txt · Last modified: 2007/12/29 16:18 by matthieu1