Actualité [Archives - 4ème trimestre 2010]

7 décembre 2010

  • La quatrième édition du Festival du film et de la musique de Küstendorf se déroulera du 5 au 12 janvier 2011. Comme on peut le deviner de l'affiche, le thème sera “l'odyssée”…
  • Ça bouge dans Le tiroir :
    • Le 9 novembre 2010, Le président biélorusse Alexandre Loukachenko a remis le prix présidentiel à Emir Kusturica “Pour la préservation et le développement des traditions de la spiritualité dans le cinéma” ; il lui a demandé, à cette occasion, de réaliser un film “mémorable” en Bélarus. KFF 2011
    • De passage à Moscou, Emir Kusturica a confié aux médias locaux qu'il avait trouvé une idée de film, qu'il voudrait tourner en Russie : l'histoire d'un type qui veut faire un film, recherche un producteur et celui qui accepte de le financer lui demande, pour cela, de tuer sa femme…
    • Cool Water se précise ? En tout cas, Emir Kusturica aurait chargé le groupe arménien Almazian’s Obsession d'en réaliser la musique originale. Emir avait déjà repéré ce groupe en 2008, lorsqu'ils étaient venu jouer pour le premier Festival du film et de la musique de Küstendorf. Ils ont, depuis, joué ensemble avec le No Smoking Orchestra en mars 2010 à Yerevan. (source : panarmenian.net)
    • En tout cas, Pancho Villa, lui, s'enfonce dans les profondeurs du tiroir. En effet, à l'occasion d'une interview pour la promotion de “The Tourist”, son dernier film, Johnny Depp a pris ses distances avec ce projet. Il a déclaré à l'AFP ”qu'il ressentait une gêne à l'idée d'interpréter le rôle de Pancho Villa, pour le réalisateur serbe Emir Kusturica, sans être 'hispanique'”. Il a ajouté : ”Nous n'avons pas parlé depuis un bout de temps de ce projet avec Emir Kusturica. (…) Je ne sais pas ce qui s'est passé avec ce projet.” (source : AFP)

27 octobre 2010

Smrt je neprovjerena glasina

  • Emir Kusturica a officiellement présenté son livre à la presse : “Smrt je neprovjerena glasina” (La mort ce sont des rumeurs non vérifiées), publié en Serbie aux éditions Novosti. De nombreuses personnalités étaient présentes pour célébrer l'événement : l'écrivain Dušan Kovačević, l'acteur Slavko Štimac, le musicien Nele Karajlic, l'homme politique Vojislav Kostunica… Composé d'une multitude de récits autobiographiques, cet ouvrage permet, selon l'auteur, une meilleure compréhension de ses films. Pour l'occasion, Emir Kusturica a avoué être plus heureux et plus excité que lors de la sortie de son premier film. Le livre n'est pour l'instant disponible qu'en serbe, et peut être commandé sur le site yu4you.com.

11 octobre 2010

  • Suite à l'accueil hostile qu'il a rencontré en Turquie, Emir Kusturica a décidé de quitter le festival du film d'Antalya dont il était l'invité d'honneur, estimant que sa sécurité n'était pas assurée. L’objet de la discorde a été rapporté par l’agence de presse Anatolie : le réalisateur a été accusé par le ministre turc de la culture Ertuğrul Günay d’avoir minimisé les crimes serbes commis lors de la guerre de Bosnie (92-95). Dans une conférence de presse organisée à la hâte, le cinéaste a alors tenu à rappeler son statut d’”anti-impérialiste” et a critiqué la Turquie pour son déni du génocide Arménien. S'il est fort dommage de voir que cette polémique politique aussi stérile qu'inutile ait pris le pas sur les considérations culturelles et artistiques, je tiens néanmoins à mentionner les très nombreux messages que j'ai reçus de Turquie, de personnes se montrant tout à fait désolées de la polémique, et souhaitant ardemment voir revenir Emir Kusturica dans leur pays, un jour.
fr/archives-2010q4.txt · Last modified: 2011/01/13 22:24 by matthieu1