Arizona Dream

arizona_dream_affiche_fr.jpg

Réalisateur Emir Kusturica
Titre original The Arrowtooth Waltz - littéralement : La valse du turbot
Titres de travail Arizona Eskimo, American dreamers
Sortie 1993 (France)
VO anglais
Durée 2h20
Musique Goran Bregović, Iggy Pop
Script David Atkins, Emir Kusturica
Photo Vilko Filać

Récompenses

Ours d'Argent (Prix Spécial du Jury) au Festival du Film International de Berlin, 1993

  • Ours d'Argent (Prix Spécial du Jury) au Festival du Film International de Berlin, 1993
  • Prix du public au festival du film de Varsovie, 1994

Synopsis

Apres la mort tragique de ses parents dans un accident de voiture, Axel Blackmar a tourné le dos à son passé. Trois ans plus tard, installé à New York, il a trouvé son équilibre et travaille pour le département de la Pêche et de la Chasse. Mais son oncle Léo le rappelle dans sa ville natale, en Arizona. Là, Axel va devenir le jouet des rêves de deux femmes qui ont vecu un passé terrible, de ceux de son oncle et peut-être des siens…

bande-annonce

Casting

  • Johnny Depp …. Axel Blackmar
  • Jerry Lewis …. Leo Sweetie
  • Faye Dunaway …. Elaine Stalker
  • Lili Taylor …. Grace Stalker
  • Vincent Gallo …. Paul Leger
  • Paulina Porizkova …. Millie
  • Michael J. Pollard …. Paul
  • Emir Kusturica …. client du bar à New York

B.O.F.

B.O.F. Arizona Dream

La musique du film a été réalisée par Goran Bregović.

Détails, titres & paroles de la bande originale du film

Achat en ligne : CD de la BOF Arizona Dream sur Amazon.fr, Amazon.com, Amazon.de, Amazon.co.uk, Amazon.es, Amazon.it

Note : en plus de la musique de Goran Bregović, on trouve dans le film trois morceaux interprêtés par Django Reinhardt.

DVD, VHS

PaysFormatlangues audio langues sous-titres Achat en ligne Description
Allemagne DVD Z2 PAL anglais 2.0, allemand 2.0, espagnol 2.0allemandAmazon.de
Belgique DVD Z2 PAL anglais 2.0, français 2.0 français, néerlandaisAmazon.frcoffret 4 films1)
France laserdisc anglais, françaisfrançais
France DVD Z2 PAL anglais 2.0, français 2.0françaisAmazon.frédition collector double DVD
plus de détails
France DVD Z2 PAL anglais 2.0, français 2.0françaisAmazon.frédition simple
France DVD Z2 PAL anglais 2.0, français 2.0 françaisAmazon.frCoffret 2 films 2)
France HD DVDanglais 4.0, français 4.0, allemand 2.0 français, anglais, allemand, dannois, norvégien, suèdois, finnois, hollandaisAmazon.fr sortie le 21 mai 2007
France Blu-Rayanglais 2.0 dts, français 2.0 dts, espagnol 2.0 dts français, japonais, portugais, espagnol Amazon.fr Pré-bande annonce, Bande annonce, making-of, scène inédite (suivie du plan-séquence final), interview de Claudie Ossart et Johnny Depp
HongrieDVD Z2 PAL anglais 2.0, hongrois 2.0hongrois
ItalieDVD Z2 PAL anglais 2.0, italien 2.0italienAmazon.it édition simple
ItalieDVD Z2 PAL anglais 2.0, italien 2.0italien édition collector
(inclut le plan-séquence final)
ItalieBlu-ray Anglais DTS, italien DTSitalienAmazon.it inclus un booklet
Royaume-UniDVD Z2 PAL anglais 2.0- Amazon.co.uk
drapeau_serbie.jpg SerbieVHS PAL anglaisserbeyu4you.com
USADVD Z1 PALanglais- Amazon.com
USAvideo download3)anglais- Amazon.com

Anecdotes

Le titre de travail du film est the arrowtooth waltz, littéralement, la valse du turbot.

En 1988, Emir fut invité aux Etats-Unis par Miloš Forman pour enseigner à la Columbia University à New York. Parmi ses élèves se trouve David Atkins qui lui soumettra en 1991 le scenario d'un film étrange, dont le nom changera souvent, American dreamers, Arizona Eskimo, the Arrowtooth waltz puis Arizona Dream, au gré des nombreuses réécritures d'Emir Kusturica. Mais pendant ce temps, les événements se précipitent et la guerre civile éclate en Yougoslavie. Ainsi, à Sarajevo, les milices bosniaques investissent l'appartement familial des Kusturica et vont même dérober les Prix qu'Emir a gagnés. Il doit interrompre le tournage pour aider ses parents à se réfugier au Monténégro ; son père mourra quelques mois plus tard d'une crise cardiaque. Pour Emir, le décès de son père a coïncidé avec la mort de la Yougoslavie. Ce décès l'affectera profondément, et le tournage d'Arizona Dream s'en resentira également.

Pourtant tourné aux Etats Unis, avec des acteurs américains parmi les plus connus, produit par UGC et sensé être distribué par Warner, le film n'eut pas droit à une seule salle aux Etats Unis… Les critiques américaines en parlaient ainsi à sa sortie : ”All of it is a bizarre and badly acted bore, guaranteed to clear theatres in record time.” - Boxoffice Magazine

Un incroyable plan-séquence de 12 minutes était sensé terminer le film, mais jugé trop sombre par les producteurs, il fut retiré du montage final.

Paul Léger est un grand admirateur du cinéma : ses films favoris sont : North by Northwest (1959) de Alfred Hitchcock, The Godfather: Part II (1974) de Francis Ford Coppola et Raging Bull (1980) de Martin Scorcese.

Le film a été tourné pour l'essentiel à Douglas (Arizona), ainsi qu'à New York et en Alaska, balayant ainsi les trois extrémités du territoire américain. Le film est d'ailleurs articulé sur la notion de triangle : Axel est ainsi partagé entre l'amour pour Grace et celui pour Elaine.

Emir Kusturica : ”Cette image du poisson nageant dans une architecture déserte, n'est-ce pas finalement (…) l'image de ce que nous sommes ? Des poissons muets, incapables de faire quoi que ce soit d'essentiel pour leur existence…

Emir Kusturica : ”L'Amérique que j'aime ressemble au cinéma qu'elle ne fait plus.

Le film a été tourné en son numérique LC Concept. C'est le cinéma Max Linder qui fut la salle française à passer le plus de films en LC Concept. Elle conserve d'ailleurs le matériel ainsi que quelques disques, et repasse régulièrement, lors du festival annuel “Le Max Linder fait sa Cinémathèque”, Arizona Dream dans ce format aujourd'hui disparu. D'autres salles furent aussi équipées en LC Concept : Gaumont Grand Ecran Italie, UGC Triomphe, UGC Normandie, Forum Horizon… Malheureusement, une mauvaise politique commerciale (le procédé était, selon ses inventeurs, prioritairement destiné aux “grandes salles de prestige”), conjuguée à un quasi-vol du brevet par le système américain DTS en 1993, le tout suivi par une longue action en justice qui interdira par exemple l'exploitation en France de Jurassic Park en DTS (projeté chez nous en simple Dolby SR), va condamner le procédé qui sera finalement vendu aux Américains.

Si tu veux connaître l'âme de quelqu'un, demande lui à quoi il rêve… Et tu auras pitié de ceux qui sont dans la merde.


Le film n'était pas terminé pour le festival de Cannes de 1992, mais l'équipe s'y est rendue pour en faire la promotion. Elle s'est évidemment également rendue à celui de Berlin où le film était en compétition officielle (voir la photo ci-dessus), puis à celui de Belgrade (voir la couverture du magazine Politika ci-contre).

Critiques

  • Télérama Kusturica revisite le mythe du rêve américain. Une fable tonique et délirante, libre comme l'air.
    Depuis l’enfance, Emir Kusturica a rêvé de l’Amérique et, à travers elle, de cinéma. Le film raconte ce rêve et son revers, le désenchantement. En rejoignant le pays d’Oncle Sam, le cinéaste livre à travers le personnage ingénu et meurtri de Johnny Depp une part de sa vérité, de ses échecs et de son énergie sans cesse retrouvée. Pas de renoncement ici, mais une suite chaotique d’ascensions et de chutes. Fable inventive, libre comme l’air et volontairement déséquilibrée, Arizona Dream cultive de manière généreuse et attachante une forme de baroque surréaliste. Peuplée de doux dingues, de givrés pathétiques, l’aventure va de la comédie au film noir, de la tragédie au fantastique. Les acteurs, des jeunes aux stars « décalées », magnifiquement multiformes (Faye Dunaway, Jerry Lewis), apportent une pincée de leur délire intime, transformant cette parade en fête mystique.
  • fnacCe film magnifique, délirant et enfanté dans la douleur (victime d'une dépression nerveuse, le réalisateur dut même interrompre le tournage), est constamment en équilibre entre rêve et réalité. Méconnu aux Etats-Unis, Arizona Dream a remporté un franc succès en France où il a acquis, avec le temps, un statut de film culte.
  • StudioUn voyage… Ce film est un voyage. Un voyage réel, de l'Europe aux Etats-Unis, et de l'Arizona au pôle Nord. Un voyage imaginaire, aussi, où les poissons se mettent soudain à voler et où les rencontres les plus improbables deviennent tout à coup possibles.

Galerie

Tournage

Affiches

fr/arizona_dream.txt · Last modified: 2012/12/06 21:58 by matthieu1