Europe, ma ville flambe !

(texte d'Emir Kusturica, paru dans le journal Le Monde du 24 avril 1992)



Puisque actuellement, Europe, tu es en train de changer le visage de la presqu’île balkanique, n’oublie pas que cela t’oblige à arrêter la guerre qui sévit là-bas.
Sur ma ville tombent les grenades envoyées des montagnes environnantes par les bandes sauvages. Sarajevo est dans les larmes et dans le sang ; en Yougoslavie, les uns comme les autres égorgent.
Europe réunie, si tu crées de nouveaux Etats sur tout le territoire yougoslave, tu dois comprendre que par là même tu prends la responsabilité du sang qui coule là-bas, des larmes d’enfants et du désarroi.
Pendant que les chiens enragés envoient les grenades des collines de Sarajevo et détruisent les restes de la vieille ville médiévale, le président actuel, tel un général sans armée, le président d’un Etat sans frontières appelle à la défense de la démocratie au prix du sang.
Europe, ce n’est pas le temps pour des analyses politiques, tout sens politique est déjà mort là-bas, on ne peut qu’essayer d’éteindre l’incendie : Europe, ma ville flambe !
Là-bas, au lieu des pluies printanières, tombent les grenades.
Je sais qu’il est difficile de comprendre mon cri, alors qu’à Paris les premiers pas de la démocratie ont été faits il y a deux cents ans quand chaque place de Paris baignait dans le sang.
Pourtant, Europe, ne laisse pas les places de Sarajevo, aujourd’hui à la fin du vingtième siècle, devenir ce que Paris a été, car le nouvel ordre ne s’établit pas aujourd’hui comme au dix-neuvième siècle.
Europe, c’est la fin du vingtième siècle dans les Balkans !
Le chaos de la guerre ethnique a été introduit sur la presqu’île balkanique durant des centaines d’années : c’est la terre sur laquelle les plus grands empires se sont déchirés, c’est là que l’Empire romain s’est séparé en deux, celui de l’Est et celui de l’Ouest, c’est là que l’empire ottoman a vu sa fin ; c’est là que la monarchie austro-hongroise a été enterrée.
Europe, l’affrontement des Musulmans de Bosnie et des Serbes de Bosnie n’est pas authentique, il a été fabriqué, il est apparu sur les décombres des empires déchus laissant derrière eux les cendres. Il est entretenu par les mouvements nationalistes dépourvus de toute raison, c’est TON incendie, c’est à TOI de l’éteindre.
Ce sont les moments de l’examen de ta conscience, Europe, si toutefois tu existes !

KUSTURICA EMIR

fr/europe_ma_ville_flambe.txt · Last modified: 2007/03/14 22:41 by matthieu1