Jean Vigo

Jean Vigo est né le 26 avril 1905 à Paris. Enfant à la santé fragile, il perd son père, journaliste, à l'âge de 12 ans. Accusé d'espionage à la solde des Allemands, il sera retrouvé étranglé dans sa cellule (thèse officielle : suicide). De ce traumatisme, Jean gardera un fort souvenir de son père, et transmettra dans ses films les valeurs de courage, d'amour de la liberté, de mépris des conventions. Après l'internat, il se marie avec “Lydu” (Elizabeth Lozinska) et ils déménagent à Nice. Le père de Lydu lui offre une caméra, et fait son premier film (1930, 23 mn) : A propos de Nice, un faux documentaire, mais un vrai pamphlet sur les apparences trompeuses de la ville.

De retour à Paris pour des examens médicaux, Jean Vigo fatigue vite. En 1932, il tourne Zéro de conduite, moyen métrage de 42mn, qui raconte l'histoire d'une révolte de collégiens dans un pensionnat. Le film dérange, les critiques sont mauvaises. Le Je vous dit merde. d'un fils à son père fera grand bruit. Pendant 12 ans, le film sera interdit en salle.

L'année suivante, il tournera son premier et dernier long métrage : L'Atalante, avec Michel Simon et Dita Parlo. En février 1934, Jean est épuisé et donne les dernières instructions de montage depuis son lit. Mais le film lui échappe : les producteurs ne comprennent pas le film, changent le titre, la musique, le montage. Plusieurs versions seront projetées en 1934 avant le décès de Jean Vigo, le 5 octobre 1934 après une longue fièvre. De nombreuses tentatives de restauration auront lieu par la suite pour tenter de retrouver l'esprit du film tel que l'avait conçu Jean Vigo.

Une version que l'on peut considérer comme définitive est sortie en 2001 dans un superbe coffret DVD intitulé à juste titre L'intégrale Jean Vigo.

Achat en ligne : Coffret Prestige Jean Vigo 2 DVD : A propos de Nice / Zéro de conduite / La Natation / L'Atalante : Amazon.fr

Jean Vigo dans les films d'Emir Kusturica

Emir Kusturica a très souvent cité L'Atalante comme un de ses films cultes : ”A chaque fois que je vois un bout de “l'Atalante”, je reste persuadé que c'est sans doute le meilleur film jamais réalisé. Je ne sais pas exactement si c'est dû à ses qualités pures ou au laps de temps pendant lequel le film a finalement été mené à bien, ou les deux réunis. Les parties dialoguées ne sont pourtant pas très développées, le son est limité en qualité mais sa rencontre avec l'image s'effectue dans les meilleures conditions possibles, malgré tout. C'est l'un des premiers films sonores, vous savez ! Il recèle tant de plans différents, tant de cadrages savants, le tout au service d'émotions simples. Aujourd'hui, il serait pratiquement impossible à réaliser. Il faudrait tenter une allégorie… Ce film contient sans doute la sève nécessaire pour comprendre l'être humain. C'est vraiment mon film favori et je lui paie un tribut tous les jours de ma vie.

L'un des hommages que lui a rendus Emir est la scène des personnages sous l'eau dans Underground : ”La mariée volante qui se retrouve sous l'eau… c'est une certaine forme d'hommage à “L'Atalante” de Jean Vigo. Ensuite, c'est devenu quelque chose de beaucoup plus important, et tout le monde meurt et dérive sous les eaux du fleuve.

fr/jean_vigo.txt · Last modified: 2007/03/08 23:25 by matthieu1