Le tiroir

Emir Kusturica, au cours de sa longue carrière, a annoncé et s'est lancé sur divers projets qu'il a abandonnés, mis de côté ou pas terminé, après y avoir travaillé plus ou moins longtemps. En voici quelques uns…

Maintenant ou jamais

L'agence Interfax annonce le 3 octobre 2014 qu'Emir Kusturica a un projet de film prévu pour 2015 en Bélarus : “Maintenant ou jamais”, l'adaptation du roman “Se non ora, quando?” de Primo Lévi.
Il s'agit d'une histoire dépeignant la résistance bélarusse durant la seconde Guerre Mondiale, qui tente de se battre et de survivre en sabotant l'armée nazi, jusqu'à fuir en occident, à Milan.
Le tournage comporterait 60 jours en Bélarus et 20 en Italie. Le script aurait été co-adapté par Emir Kusturica et son collaborateur habituel Gordan Mihić.

(source : hollywoodreporter.com)

Un documentaire sur Gavrilo Princip

«Je serai très heureux de faire un film à l’occasion du 100e anniversaire de la Première Guerre mondiale et de montrer l’histoire telle qu’elle est, au grand dam de ceux qui voudrait la travestir», a déclaré Emir Kusturica en décembre 2013. Un comité d’historiens russes et britanniques lui aurait confié la tâche de réaliser un documentaire. Emir Kusturica précise que le film s’attardera sur des faits qui ont précédé l’attentat de Sarajevo et qui seront autant de preuves pour montrer que le coup de feu de Gavrilo Princip sur le prince héritier d’Autriche-Hongrie n’a pas été la cause de la guerre.

(source : balkans.courriers.info)

Documentaire sur José Mujica, le président uruguayen

En août 2013, Andres Copelmayer, producteur et conseiller gouvernemental uruguayen a indiqué aux agences de presse qu'Emir Kusturica avait donné son accord pour réaliser un documentaire sur le président Jose Mujica, ex-guérillero d'extrême gauche emprisonné sous la dictature (1973-1985), afin de produire un “legs humaniste transcendant les frontières”.

Au pouvoir depuis 2010, le président Mujica se distingue de ses pairs par son style de vie d'une extrême simplicité. Il se déplace fréquemment sans garde du corps, reverse 87% de son salaire à des bonnes oeuvres et continue de vivre dans sa “chacra” (ferme) du quartier populaire du Cerro, à Montevideo. Il est actuellement sous les projecteurs pour être à l'origine d'un projet de loi qui, s'il est ratifié par le Sénat, ferait de ce petit pays sud-américain le premier au monde où l'Etat contrôlerait la production et la vente du cannabis.

(source : culturebox.francetvinfo.fr)

En septembre 2013, le projet semble se concrétiser : un site uruguyaien indique que le tournage a démarré le 23 septembre 2013 à New York, à l'occasion d'une allocution que Mujica a effectué aux Nations Unis. Le site indique également qu'Emir Kusturica a prévu de rencontrer 4 fois le président Mujica, et que la première rencontre est prévue pour novembre. (source : elobservador.com.uy)

"Mon cher Fédor"

Dans une interview accordée à “La Voix de la Russie”, Emir Kusturica a clarifié certains de ses projets : son projet de film russe et son projet de film sur le traffic d'organes au Kosovo ne sont qu'un seul et même… projet de roman “Mon cher Fédor” ! Si ce roman voit le jour, il pourrait alors devenir un film, mais pas avant 2015, donc. (source : ruvr.ru)

Historique :

En septembre 2010, un site internet espagnol nous apprend qu'Emir Kusturica aurait (encore) un nouveau projet de film sur la Russie. Le site va même jusqu'à annoncer les noms des acteurs préssentis : Ingeborga Dapkūnaitė pour le rôle féminin (que l'on a déjà vu dans Soleil Trompeur et l'affaire farewell, notamment) et Ivan Urgant ou Konstantin Khabensky (célèbres acteurs russes), pour le rôle masculin. Source : espanarusa.com.

En décembre 2010, après un concert à Moscou, Emir Kusturica a déclaré à la presse locale qu'il avait trouvé une idée de film, qu'il voudrait tourner en Russie : l'histoire d'un type qui veut faire un film, recherche un producteur et celui qui accepte de le financer lui demande, pour cela, de tuer sa femme…

En mars 2013, Emir Kusturica annonce, lors d'une conférence adressée aux étudiants de la faculté de philosophie dans la ville serbe de Nis, son souhait de tourner un film sur le trafic d'organes au Kosovo. Il précise qu’il va tourner le film en Russie, car il n’arrivera pas à obtenir l’autorisation au Kosovo.

« Même le chef de la chancellerie du gouvernement de la Serbie chargé du Kosovo n’arrive pas à pénétrer sur le territoire de la république » a-t-il précisé lors de cette conférence, en faisant référence à Alexander Vullin.

(Source : ruvr.ru)

"Une histoire marocaine" : Un long métrage en français

En novembre 2012, de passage à Marrakech pour le Festival International du Film Marocain, Emir Kusturica a fait part d'un nouveau projet de film : il s'agira d'un “premier film en français” qu'il tournera fin 2013 avec plusieurs têtes d'affiche.

J'ai écrit un scénario qui est une histoire marocaine, et ça sera mon premier film en langue française. C'est une histoire d'amour, un film sur lequel je vais travailler avec Tahar Rahim, sa femme Leïla Bekhti, et également Monica Bellucci. C'est une très belle histoire, celle d'un couple dont la femme ne voit pas les choses comme nous mais de manière bancale. Pour guérir, elle a besoin d'aller en France. Le grand-père de la jeune femme arrange un mariage avec un vieil homme très riche pour qu'elle puisse aller à Marseille (sud de la France), alors que son amoureux, resté au Maroc, fait tout pour la rejoindre”.

Selon Emir Kusturica, ancien président du jury du FIFM (en 2011), le tournage du film commencera “fin 2013”. (source : lepoint.fr)

Quant à Monica Bellucci, présente elle aussi à Marrakech, elle a légèrement tempéré l'enthousiasme de la dépêche : ”Emir Kusturica m'avait présenté l'idée du film, qui devrait réunir les deux acteurs français Tahar Rahim et Laila Bekhti. Mais, pour le moment, je n'ai pas assez de détails.” (source : aufaitmaroc.com)

Quelques jours plus tard, elle détaille et explique la confusion aux Inrocks : ”Non il ne s’agit pas de cela. J’ai lu aussi ce communiqué mais les journalistes ont dû confondre. Emir a en fait deux projets en cours. (…) Même si je ne peux pas trop en dire pour le moment, il s’agira d’un film centré sur les relations entre amour et guerre. Je jouerai une femme serbe d’un milieu simple, et Emir sera mon mari. C’est assez conceptuel et très violent.”. On suppose donc qu'il s'agit de l'autre projet d'Emir Kusturica : le long métrage basé sur "Our Life" (source : lesinrocks.com)

Tales from the Hanging Head

La réalisatrice Sara Driver - productrice de Jim Jarmusch - avait été aperçue au Festival du film et de la musique de Küstendorf en 2010. Elle a annoncé en mars 2012 préparer un film d'animation avec d'autres réalisateurs, aux univers cinématographiques bien différents : Alfonso Cuaron, Michel Gondry, Marjane Satrapi et Emir Kusturica.

Le film devrait être découpé en plusieurs contes venant de différents pays, avec pour fil conducteur la métamorphose.

Ils sont de pays différents, et les histoires sont aussi de pays différents. Marjane va les lier entre elles avec son sens incroyable de l'animation… Les réalisateurs feront les effets de caméra et de lumière de façon concrète pour apporter la magie aux enfants. J'ai écrit ces contes, je les ai adaptés au temps rpésent pour qu'ils apportent la magie au monde d'aujourd'hui pour les enfants et les adultes.

(source : collider.com)

La forêt des renards pendus

En juillet 2011, dans une interview accordée au magazine russe Izvestia, Emir Kusturica déclare souhaiter réaliser l'adaptation du roman “La forêt des renards pendus”, du finnois Arto Paasilinna (l'auteur du Lièvre de Vatannen). Le début du tournage serait programmé à décembre 2011.

Il s'agit d'une fable loufoque mettant en scène un gangster, un ex-major de l'armée, viré pour alcoolisme, et une Lapone nonagénaire enfuie d'un asile de vieillards. Amoureux des personnages atypiques et hors normes, Arto Paasilinna nous entraîne dans le grand Nord à la suite de marginaux aussi fous que cocasses à la (re)découverte de la nature et des sentiments. Il mène son intrigue tambour battant à l'image de ses traîneaux traversant les espaces blancs, guidés par des chiens sauvages : amour, aventure, humour et soif d'absolu sont alors de mise. Ce roman est paru en 1983 à Helsinki sous le titre Hirtettyjen kettujen metsä et traduit en français par Anne Colin du Terrail en 1993. (source : izvestia.ru)

Un roman sur Dostoïevski

Suite à la parution de son autobiographie, en mars 2011, il semble qu'Emir Kusturica ait pris goût à l'écriture, puisqu'il a annoncé, dans une interview à la télévision de Republika Srpska, vouloir écrire un roman, dont l'intrigue tournerait autour d'un jeune réalisateur hanté par le personnage de Dostoïevski. (source : ruvr.ru)

Reprise Unza-Unza d'Aïda de Verdi

En août 2010, dans une interview à un quotidien mexicain, Emir évoque l'idée de faire une version Unza-Unza de l'opéra Aïda de Verdi pour célébrer les 110 ans du compositeur italien (en 2011, donc, ce qui semble tout de même fort improbable, vu son calendrier actuel).

Source : eleconomista.com.mx

Tweakers Delight

En mai 2010, on apprend que le producteur Johnny Lin, par l'intermédiaire de la société Filmula, aurait engagé Emir Kusturica pour réaliser le film “Tweakers Delight”, après ”Wild Roses, Tender Roses”, le film sur Pancho Villa dont le tournage n'est pas prévu avant 2011, autant dire que ce n'est pas pour tout de suite. Sur ce film, d'un budget conséquent de $35 millions, on sait très peu de choses : le scénario serait signé Sean McEwen ; il s'agirait de l'histoire d'un homme qui a 24 heures pour se remettre dans le droit chemin, afin de ne pas perdre la garde de son fils.

Source : hollywoodreporter.com

Un film à Sarajevo, avec Abdulah Sidran

Va-t-on voir un jour le troisième volet de la “trilogie de Sarajevo” ? Abdulah Sidran et Emir Kusturica avaient en projet de réaliser un troisième film ensemble, après Te souviens-tu de Dolly Bell ? et Papa est en voyage d'affaires. Mais la Palme d'Or de ce dernier avait ouvert le champ des possibles d'Emir Kusturica, puis leurs chemins s'étaient séparés. Ensuite, si les deux hommes avaient été fâchés pendant de nombreuses années, ils se sont réconciliés l'an dernier, et depuis se sont vus régulièrement ; la semaine dernière, même, ils se sont vus deux fois, à Gorazde puis à Küstendorf, et ont discuté de projets précis. Sidran aurait déjà un script et un producteur, mais tout cela reste secret pour le moment.

Source : glas-javnosti.rs

Un film sur l'Arménie

En mars 2010, lors d'un déplacement à Erevan, Emir Kusturica a indiqué vouloir réaliser un film sur l'Arménie, dans le futur.

Source : panarmenian.net

Cool Water

En novembre 2009, Emir Kusturica annonce à la presse italienne qu'il a en projet de réaliser un road-movie en territoire palestinien, intitulé “Cool Water”. Il commencerait le tournage dès le mois d'avril 2010. Il s'agirait de l'histoire d'un strip-teaseur palestinien de Berlin, de retour au Moyen-Orient pour les funérailles de son père et le mariage de son frère. Les quelques kilomètres séparant Gaza de Ramallah deviendront pour lui le voyage d'une vie, devant faire face à de multiples péripéties. Cela s'annonce comme un road movie bizarre, poétique et truculent.

Source : lastampa.it

En janvier 2010, Emir Kusturica confirme ce projet, et l'on apprend que le scénario est de Gabriel Bornstein, que Thierry Arbogast sera directeur de la photographie et que le film sera co-produit par Johnny Depp.

En mars 2010, on apprend que Tahar Rahim, l'acteur principal du film Un Prophète de Jacques Audiard, est en négociation pour jouer dans le film (Source : variety.com). Quelques semaines plus tard, l'intéressé dément : ”Je ne l'ai pas rencontré, on n'a pas discuté.” (Tahar Rahim à propos d'Emir Kusturica). Cela dit, il ajoute ”ce serait un plaisir et un honneur de bosser avec ce type-là

En mai 2010, Vincent Maraval, de Wild Bunch (le producteur), déclare à propos du film qu'il ”apportera une structure narrative plus étoffée que dans ses précédents films, tout en restant une pure comédie à la Kusturica.” Le tournage est à présent prévu pour novembre 2010. (source : screendaily.com)

En décembre 2010, le projet semble se préciser : les médias arméniens annoncent qu'Emir Kusturica aurait chargé le groupe arménien Almazian’s Obsession d'en réaliser la musique originale. Emir avait déjà repéré ce groupe en 2008, lorsqu'ils étaient venu jouer pour le premier Festival du film et de la musique de Küstendorf. Ils ont, depuis, joué ensemble avec le No Smoking Orchestra en mars 2010 à Yerevan. (source : panarmenian.net)

Début 2011, le tournage n'a toujours pas démarré et l'on apprend que Thierry Arbogast serait remplacé par Michel Amathieu pour la photographie, mais sans plus de précision sur la date du tournage…

En juillet 2011, interrogé à ce sujet par Izvestia (magazine russe), Emir Kusturica déclare que le projet est abandonné : le producteur allemand étant devenu fou (!)… (source : izvestia.ru)

Verdiana

En novembre 2009, Kusturica annonce à la presse italienne qu'il prévoit de réaliser en 2012 un film sur Giuseppe Verdi, et qui devrait être intitulé «Verdiana», le nom d'une ville imaginaire, une sorte d'Atlantide qui rappelle un célèbre film de Luis Buñuel. L'emplacement sera un théâtre, la Fenice de Venise, qu'envahit un commando de terroristes. Actuellement nous ne savons pas grand-chose, sauf que, déclare Kusturica, ce sera une petite surprise 'verte de la tête aux pieds'.

Source : ilsecoloxix.it

En avril 2011, ce projet refait surface dans la presse italienne : Andrea Gambetta, le producteur italien des concerts du No SMoking Orchestra déclare qu'il va produire au travers de sa société “Verdiana” le tournage d'un film sur Verdi, avec la musique et les personnages de ses opéras, d'Aïda à Otello, et dont le réalisateur sera Emir Kusturica. Le tournage est prévu pour 2012, de sorte que le film soit prêt pour 2013, année du bicentenaire de la naissance de Giuseppe Verdi. Le film, dont le titre est encore inconnu, serait un thriller qui raconte l'histoire d'un spectacle qui ne peut pas aller sur scène…

Source : cinecitta.com

En septembre 2012, on entend à nouveau parler de ce projet dans la presse. Cette fois ci, il est associé au nom du producteur Thierry Potok (The Bourne supremacy, Alien vs Predator). On apprend que l'histoire traitera d'un groupe de terrosistes à Venise…

Source : elporvenir.com.mx

Documentaire sur l'Ossétie

Fin 2008, la presse serbe et russe s'est fait l'écho d'un projet de reportage sur l'Ossétie par Emir Kusturica. En effet, lors de son récent déplacement à Moscou, Emir Kusturica se serait intéressé de près au conflit en Ossétie, qui oppose la Georgie et la Russie. Le film se baserait sur les travaux de Fatima Salkazanova, journaliste basée à Paris. On pourra lire, sur ce sujet, l'article du magazine serbe Blic : blic.rs (en anglais). Peu de détails concrets ont filtré sur ce projet, mais Emir a assuré vouloir d'abord réaliser son projet en cours “Les Sept Amis de Pancho Villa”.

En octobre 2009, Emir Kusturica est retourné en Ossétie du Sud et y a été accueilli avec bienveillance. Il a même passé le rituel d'initiation pour devenir un cosaque. On lira, à ce sujet, un autre article du magazine serbe Blic : blic.rs (en anglais).

Cependant, peu de temps après son déplacement, Emir Kusturica a rappelé dans la presse qu'il était lié, pour les quatre prochaines années, avec un contrat pour le film Pancho Villa, ce qui l'empêchait de réaliser ce documentaire. Ce projet risque donc bien de rester dans le tiroir.

Le point final de ce projet a été donné en janvier 2010, lors de la visite à Moscou où Emir Kusturica, interviewé par les medias russes, a confirmé qu'il ne ferait pas ce projet. Source : news.az

Film d'animation sur l'histoire de la république de Saint-Marin

Le Saint-Marinais Vladimir Gruska (d'origine serbe) a annoncé à la presse italienne en mars 2008 qu’il allait produire un film d’animation sur l’histoire de sa petite république enclavée : Saint-Marin dans l'étreinte de l'histoire. Emir Kusturica aurait accepté d’en superviser la mise en scène. Les autres collaborateurs de ce projet seraient Anders Thomas Jensen, scénariste danois oscarisé, Zoran Janjetov (auteur de bandes dessinées qui a collaboré notamment avec Alejandro Jodorowsky sur Avant l’Incal et les Technopères) et Rajko Milošević-Gera (dessinateur et animateur chez Warners Bross). Il s’agira du premier film produit par la république de Saint-Marin.

Source : altamarini.it

Pancho Villa

Pancho Villa Emir a déclaré en juin 2007, dans une interview accordée à “Russian Gazzeta”, qu'il aimerait faire un film sur Pancho Villa, le célèbre hors-la-loi devenu général durant révolution mexicaine. Il a expliqué qu'il admirait son combat pour la liberté et que cela irait bien avec son style de films…

En février 2009, les producteurs français Fidélité ont annoncé la mise en chantier du prochain film d'Emir Kuturica sur le révolutionnaire mexicain. Le titre du film serait “Les Sept amis de Pancho Villa et la femme aux six doigts”. Gordan Mihić et Emir Kusturica travaillent en ce moment sur le scenario, inspiré d'un roman de James Carlos Blake. Paru en France en 1999, le livre explore la vie de Pancho Villa du point de vue de son lieutenant Rodolfo Fierro, entre fiction et faits réels. Il raconte les grandes heures des campagnes révolutionnaires du “Centaure du Nord” tout en remettant en cause son engagement parfois impitoyable. Javier Bardem est toujours pressenti pour tenir le rôle principal. Le tournage du film devrait commencer fin 2009 ou début 2010.

Mais depuis, les choses ont évolué.

Voici les dernières informations connues sur le projet :

  • D'abord intitulé “Mexico”, le titre est ensuite devenu “Pancho Villa”, puis “Les Sept amis de Pancho Villa et la femme aux six doigts”. Il est désormais intitulé “Wild Roses, Tender Roses
  • Le tournage est a été reporté de nombreuses fois. Il est sensé se dérouler au Mexique, en Serbie et en Espagne, et démarrer le 15 février 2011
  • Emir Kusturica a d'abord pensé à “son ami” Guillermo Arriaga (scénariste de “Babel”, “Amours chiennes”, “21 grammes” et “les trois enterrements de Melquiades Estrada”) pour en écrire le scénario, mais finalement, ce serait Gordan Mihić qui s'en chargerait.
  • Jusqu'en juin 2009, on parlait de Javier Bardem comme acteur principal, mais depuis sa visite dans la villa de St Tropez de Johnny Depp et Vanessa Paradis en juillet 2009, il semble que ce soit Johnny qui aurait le premier rôle. Salma Hayek et Miki Manojlović auraient donné leur accord pour faire partie du projet également.
  • Le film sera entièrement tourné en langue espagnole

En janvier 2010, Johnny Depp déclare : ”Je voudrais que le tournage commence dès que possible, parce que j'ai peur qu'Emir change d'avis et me vire (rires). Quand il m'a dit qu'il voulait que je joue le rôle de Pancho Villa, j'ai pensé que le meilleur choix pour ce rôle serait un acteur mexicain, parce que Villa est un héros national. Toutefois, connaissant Emir, je suis sûr qu'il a une vision claire dans son esprit. J'ai visité le grand studio construit par Kusturica à Mecavnik où le tournage aura lieu, j'ai lu le scénario et je ne peux plus attendre pour démarrer le tournage. J'en attends beaucoup et je vais essayer de ne pas décevoir mes fans.” Source: blic.rs

Après plusieurs mois de silence, en décembre 2010, à l'occasion d'une interview pour la promotion de “The Tourist”, son dernier film, Johnny Depp prend ses distances avec ce projet. Il a déclaré à l'AFP ”qu'il ressentait une gêne à l'idée d'interpréter le rôle de Pancho Villa, pour le réalisateur serbe Emir Kusturica, sans être 'hispanique'”. Il a ajouté : ”Nous n'avons pas parlé depuis un bout de temps de ce projet avec Emir Kusturica. (…) Je ne sais pas ce qui s'est passé avec ce projet.” (source : AFP)

En février 2011, on apprend que pour choisir son acteur, Emir Kusturica va se rendre à Cuba avec Benicio del Toro et Gael Garcia Bernal pour faire des essais et des repérages. (source : blic.rs)

En avril 2011, interrogé à ce sujet à la télévision française lors de la sortie de son livre, Emiri Kusturica précise que ce sera Guillermo Del Toro qui devrait avoir le rôle.

En juillet 2011, interrogé à ce sujet par Izvestia, magazine russe, il déclare que le début du tournage est repoussé à décembre 2012. (source : izvestia.ru)

En 2013, la page semble être définitivement tournée. Emir Kusturica parle du projet au passé dans ses interviews.

un opéra Chat Noir Chat Blanc

Pendant les répétitions pour l'Opéra "Le temps des Gitans" à Paris, en mai 2007, Emir Kusturica a déclaré à des journalistes qu'il adorait ce travail particulier de mise en scène, et qu'il aimerait bien monter un jour un autre de ses films Chat Noir, Chat Blanc en opéra, mais à New York…

L'Automne du Patriarche

Lorsqu'il travaillait sur l'adaptation de l'Opéra "Le temps des Gitans", Gordan Mihić a déclaré dans Blic (journal de Serbie) qu'il était également en discussions avec Emir Kusturica pour démarrer l’adaptation du roman “L’Automne du Patriarche” de l'écrivain colombien Gabriel Garcia Marquez.

Emir Kusturica & Gabriel Garcia MarquezEmir Kusturica s'était même rendu personnellement à Cuba le 28 novembre 2005 pour rencontrer Gabriel Garcia Marquez, et discuter de sa vision du livre.

Il n'a pas reparlé de ce projet depuis.

Un film en français au Moyen-Âge

Lors d'une masterclass à la FNAC Ternes (Paris) en mai 2004 (pour la sortie de La vie est un miracle) , Emir Kusturica a promis qu'un de ses prochains films serait tourné en France, en langue française. Il avait même déjà un scenario : l'histoire se passerait au Moyen-Age (une époque - selon ses propres mots - qu'il est bien à l'aise pour comprendre), autour d'un homme et d'une forêt.

On n'a jamais plus entendu parler de ce projet par la suite.

Eduard Limonov

Edouard Limonov est un écrivain politique franco-russe qui participa au mouvement des dissidents dans les dernières années de l'URSS. Cela entraîna son exil aux USA, puis en France où il collabora à des journaux communistes (L'Humanité) et nationalistes (Le Choc du mois). Revenu en Russie, l'écrivain a fondé sous la direction d'Alexandre Douguine le Parti national-bolchévique (PNB). Après avoir rompu avec ce dernier il a eu un comportement fortement provocateur qui l'a conduit à purger quatre ans de prison, Limonov a été libéré sous la pression d'une campagne internationale.

Emir Kusturica n'avait pas encore terminé le tournage de La vie est un miracle qu'un article paru dans le magazine serbe NIN parlait de son prochain projet : un film musical sur la vie d'Eduard Limonov, l'écrivain russe controversé, auteur de best-sellers écrits depuis sa prison.

On n'a jamais plus entendu parler de ce projet par la suite.

Le Pont sur la Drina

A plusieurs reprises, Le Pont sur la Drina, le chef d'oeuvre d'Ivo Andrić a travaillé l'imagination d'Emir Kusturica. Ainsi, en 1985 déjà, après sa première victoire à Cannes pour Papa est en voyage d'affaires, puis encore après Arizona Dream, il a souhaité raconter l'histoire de son pays en s'appuyant sur ce roman culte.

Le travail sur l'adaptation a été mené pendant un temps significatif, car Emir Kusturica en a parlé à plusieurs occasions à la presse avec beaucoup d'enthousiasme.

Ce sera le plus grand film yougoslave jamais réalisé” disait-il en 1993.

Malheureusement, il dut renoncer. L'histoire s'avéra impossible à adapter ; trop de personnages, une histoire trop étalée dans le temps, et surtout : pas de producteur pour accepter de réaliser ce gros projet en langue serbe… Régulièrement, des journalistes l'ont questionné à nouveau sur ce sujet, et petit à petit, il semble avoir totalement abandonné l'idée.

Puis, le sujet a ressurgi dans une interview de Dr. Nele Karajlić en 2008 où il évoque la possibilité d'un opéra basé sur ce livre, puis en février 2009, où Emir Kusturica tient une conférence de presse à Küstendorf avec le ministre serbe de la culture Nebojsa Bradic, pour annoncer son intention de réaliser une adaptation sous forme de “film-opéra” du monument de la littérature yougoslave. Pour ce projet, il compte utiliser une technique mixte de vues filmées sur place à Visegrad (en Bosnie, à quelques kilomètres de Küstendorf) et de spectacle vivant. Mais chaque chose en son temps, le livret et la musique doivent d'abord être écrit, ce à quoi s'attellerait toute une équipe , dont Emir Kusturica, Nele Karajlic et le No Smoking Orchestra. Coproduction internationale, le projet souhaite également la collaboration de la Turquie, au titre de l'héritage culturel de l'Empire Ottoman dans les Balkans. Emir Kusturica espère que ce projet verra le jour en 2011, année du jubilé des cinquante ans de l'attribution prix Nobel à Ivo Andrić. Sur ce projet, le ministre a déclaré que ”le roman réunissait le passé, le présent et le futur. C'est notre Ancien Testament à nous. Je sais qu'Ivo Andrić s'était opposé à l'idée d'adapter ses œuvres en raisons de mauvais souvenirs, mais je crois vraiment qu'avec une sérieuse préparation on pourra surmonter les obstacles.

En mars 2009, il confirme encore ce projet, dans une autre interview donnée à Vrcenje Novosti.

En novembre 2009, après avoir donné un concert à Banja Luka, Emir Kusturica a rencontré les autorités de la Republika Srpska. Ces derniers ont annoncé souhaiter contribuer au financement du projet, pour faire de la zone Višegrad-Küstendorf une zone touristique majeure. Source : rtv.rs

Emir Kusturica a alors lancé la construction du site d'Andrićgrad (dont les travaux sont prévus pour s'achever en 2014).

Andricgrad juillet 2012

Le Nez

Après Super 8 Stories, l'un des premiers projets dont a parlé Emir Kusturica fut Le Nez, l'histoire rocambolesque d'un acteur de théâtre qui, juste avant d'interpréter sur scène le rôle de Cyrano de Bergerac, se fait casser le nez par des mafiosi russes. Il a souvent parlé de ce projet avec beaucoup d'enthousiasme avant de finalement concrétiser La vie est un miracle. Dans une interview donnée en 2001, Emir Kusturica raconte même qu'il en est déjà à plus d'un an et demi de travail sur ce projet, que Dušan Kovačević en a écrit un scénario très satisfaisant, et que Miki Manojlović est déjà prévu au casting…

On n'a jamais plus entendu parler de ce projet par la suite.

Le roi de Suède un dimanche après midi sur sa bicyclette verte

Après avoir joué dans La veuve de Saint-Pierre, Emir Kusturica a plusieurs fois parlé de tourner un film avec Daniel Auteuil qui s'appellerait Le roi de Suède un dimanche après midi sur sa bicyclette verte. Ce projet a été abandonné quand Chat Noir, Chat Blanc, qui ne devait être qu'un court documentaire sur les musiciens tsiganes du film Underground, s'est transformé en un long métrage.

Crime et Châtiment

Juste après Le temps des gitans, Emir Kusturica a envisagé de retravailler à New York et d'adapter le fameux livre de Dostoïevski Crime et Châtiment en transposant l'histoire à l'époque acuelle à Brighton Beach, près de New York, un quartier peuplé majoritairement d'immigrants russes. Johnny Depp devait faire partie du casting : Raskolnikov se serait métamorphosé en un bassiste dans un groupe de rock. Cependant, c'est Arizona Dream qu'il a décidé de tourner aux Etats-Unis. Et même lorsqu'il a commencé le travail sur Underground, Emir parlait encore de ce projet comme de son vrai grand projet qu'il ferait après la “parenthèse” d'Underground.

Il y eut beaucoup de travail effectué sur ce film, à tel point qu'Emir Kusturica l'a trouvé symptomatique de ses nombreux projets avortés. Après L'Homme de la Riviera, il a ainsi dit qu'il aimerait bien en faire un film qu'il appellerait Pourquoi je n'ai pas réalisé Crime et Châtiment, et Nick Nolte devait y tenir le premier rôle…

On n'a jamais plus entendu parler de ce projet par la suite.

White Hotel

Longtemps, des rumeurs ont circulé sur une adaptation du roman The White Hotel de D.M. Thomas, par Emir Kusturica. Cette histoire sur la psychanalyse était en fait une commande des studios hollywoodiens. A l'époque où Emir Kusturica donnait des cours à la Columbia University de New York, Emir avait déjà été approché par les studios hollywoodiens, sur différents sujets, et plusieurs discussions houleuses, Emir avait claqué la porte, préférant travailler sur son propre projet, qui est devenu Arizona Dream.

Le projet White Hotel est revenu sur la table en 1997, après l'abandon de David Lynch. Beaucoup de noms de grands acteurs avaient été cités, pendant les négociations avec Emir Kusturica : aux côté de Johnny Depp on parlait de Nicole Kidman, Juliette Binoche, Kate Winslet, Cate Blanchett, Frances McDormand, Holly Hunter, Lena Olin, ou même Irène Jacob. Dušan Kovačević avait même fait une adaptation du scenario de Denis Potter en transposant l'action à Berlin au lieu de Vienne et en remplaçant le personnage de Freud par un jeune psychanaliste. Giuseppe Rotunno, le cameraman de Federico Fellini devait même être directeur de la photo. Cependant, le projet a du faire face à de nombreuses difficultés financières, et aujourd'hui il est définitivement abandonné par Kusturica.

Avant Kusturica, il avait été proposé à Terence Mallick qui l'avait refusé également, et après lui, on l'a proposé à Pedro Almodovar, David Cronenberg et enfin Simon Monjack, mais à ce jour, le film n'a toujours pas été réalisé.

L'auteur du roman, DM Thomas, a publié un livre “Bleak Hotel” racontant, justement l'accumulation de mésaventures qu'a rencontré l'adaptation au cinéma. A propos de la période où Emir Kusturica devait le réaliser, il raconte : ”J'ai eu une vision : un hôtel blanc qui se tenait comme par magie au bord d'un lac en Serbie, avec des montagnes enneigées dans le fond… Mais en mars 1999, les forces de l'OTAN ont bombardé la Serbie. Le fils de Kusturica a failli mourrir quand une bombe a explosé à 35 mètres de lui à Belgrade. Exit Emir, donc, que l'on peut comprendre fâché contre l'Ouest, et spécialement contre les Etats-Unis.

On lira des extraits du livre sur le site times.co.uk

En décembre 2009, avec la mort prématurée de l'actrice Brittany Murphy, également compagne du réalisateur Simon Monjack, on commence même à parler de “malédiction White Hotel”. A ce sujet, on lire l'article sur vanityfair.com

Les Doukhobors

Les Doukhobors sont une secte chrétienne d'origine slave, installée au Canada. Doukhobors signifie “lutteurs de l'esprit”. Les Doukhbobors rejetaient le gouvernement des hommes, les prêtres russes orthodoxes, les icônes, tous les rituels ecclésiastiques, la Bible à l'exception des Évangiles et le caractère divin de Jésus de Nazareth. Ils étaient par ailleurs d'ardents pacifistes, ce qui leur valut à double titre, religieux et politique, une dure répression en Russie, de la part tant des autorités tsaristes que de l'église orthodoxe, subissant tortures, exil et privations de liberté. A la fin du XIXe siècle, les Doukhobors commencèrent à quitter la Russie en masse. Ils choisirent le Canada pour isolation et son caractère pacifique, et le fait que ce pays était disposé à les accueillir, et ils s'y installèrent en 1899.

Après la palme d'or de Papa est en voyage d'affaires, Emir Kusturica s'est longuement intéressé aux Doukhobors, et a même fait un voyage à l'embouchure du Saint Laurent pour en rencontrer les déscendants. Il a parlé de ce projet à plusieurs reprises, mais s'en est détourné pour réaliser Le temps des gitans.

La stratégie de la pie voleuse

La stratégie de la pieAprès Te souviens-tu de Dolly Bell ?, Emir Kusturica a co-écrit un scenario intitulé La stratégie de la pie voleuse. C'est finalement Zlatko Lavanic (l'assistant réalisateur sur Papa est en voyage d'affaires) qui l'a réalisé en 1987, avec notamment l'acteur Davor Dujmović.


La Maison de la voie sans issue

Alors étudiant à Prague en 1977, Emir Kusturica a écrit un scénario intitulé La Maison de la voie sans issue (Kuca u slijepoj ulici), mais ne l'a jamais réalisé.

fr/le_tiroir.txt · Last modified: 2014/10/06 13:52 by matthieu1